Comédienne Chanteuse 

Formatrice

Le Pays du sourire

« On apprécia fort Marina Florence, fraîche et mutine dans le rôle de la Princesse Mi et Philippe Fargue campa avec aisance le personnage de Gustave. »

 LA MONTAGNE

« Marina Florence a étonné elle aussi par la fraicheur de son jeu et la vitalité de son engagement scénique. Une grande dame comique avec beaucoup de charme et de finesse. Ce qu’elle fait n’est jamais gratuit ou appuyé, c’est le résultat d’une observation fertile de la réalité profonde du rôle. Je pense en particulier à l’utilisation du mime ou du drapeau au cours de sa scène du deuxième acte. »

VAR MATIN REPUBLIQUE

« Elle ne constitua pas, pour nous qui la connaissons, une révélation, mais tout de même, Marina Florence, l’épouse du grand trial Henri Murgue, nous dévoila un autre aspect de son incontestable talent de fantaisiste dans son personnage de « Mi » qu’elle sût interpréter avec un brio qui faisait plaisir à voir. Son chant, ses évolutions chorégraphiques, l’émotion qu’elle sût communiquer à la salle - quand vint le moment des dramatiques adieux, lui valu de longs et bien encourageants applaudissements. »

NORD-LITTORAL

«  Quelle grande scène avec Mi, Marina Florence dans un rôle fait pour elle. Elle est jolie, enjouée, résignée et vocalement très agréable. »

Rose-Marie

« Dans cette opérette qui se veut moderne, il y a toujours un couple amusant chargé de dérider les spectateurs. Celui-ci était interprété par M. Henri Murgue et Mme Marina Florence que nous avions déjà applaudi dans la «  Belle de Cadix ». Unis à la ville comme à la scène ces deux comédiens forment un irrésistible tandem. Chacune de leurs apparition, lui en Herman, le faux dur et elle en Lady Jane, la petite futée, déchaînèrent les rires du public. Leur scène mimée de la pêche, réussit à faire rire les spectateurs aux larmes sans qu’ils n’échangent une seule parole, et lorsqu’ils parlaient, leur naturel et leur sens du comique firent chaque fois mouche. »

Quatre jours à Paris

« Marina Florence, très belle, très fine, donne une zénaïde bouleversante de vérité. Voila une belle artiste qui fertilise toujours la scène toulonnaise. »

VAR MATIN REPUBLIQUE

«  Et surtout Marina Florence qui ne s’était pas produite sur notre scène depuis de nombreuses années. Son retour a été un triomphe : elle a été une époustouflante Zénaïde cocasse à souhait, pleine de vitalité, brûlant les planches avec un savoir-faire à toute épreuve. » (19.11.96)

EST ECLAIR

Andalousie

« Du coté des fantaisistes, même richesse, Marina Florence, pétillante et virevoltante a ensoleillé le plateau. »

VAR MATIN REPUBLIQUE

«  … En compagnie de Marina Florence, mène le jeu avec un comique de bon aloi. » 

NICE MATIN

A la Jamaïque

« … Et Marina Florence compose une secrétaire à lunettes tout en humour nuancé. »

VAR MATIN REPUBLIQUE

Valses de Vienne

« Marina Florence toujours pétillante et gracieuse, une fantaisiste idéale qui « éclaire » la scène à chacune de ses apparitions. »

VAR MATIN REPUBLIQUE

«  … Le charme de la jolie brunette Marina Florence, à la fois efficace, dynamique et fantaisiste sensible. » 

VAR MATIN REPUBLIQUE

Coquin de printemps

« Marina Florence, comme toujours, donne à son rôle une touche poétique, simple, et gentille, qui émeut. Voila une belle artist, discrète et efficace, possédant un sens ce-ènique naturel, capable du meilleur. Elle s’est spécialisée dans le rôle des souillons qui se transforment, mais elle le fait toujours avec une distanciation raffinée qui fait oublier l’indigence du texte. »

VAR MATIN REPUBLIQUE

Viva Napoli

« … ou cet « hymne » à la nuit plein de séduction en compagnie de Marina Florence (excellent Pépina) laquelle compose avec un rare bonheur face au « plantureux » Beppo (Henri Genès), un couple contrasté, hilarant, d’une belle efficacité. Revoyons un peu tout ça : « La mandoline à du bon », « Je ris », « Les italiennes ». »

MIDI LIBRE

«  Le couple comique est joué et chanté par Henri Genès et Marina Florence : Truculence sans trivialité, naturel dans la facétie, voix aisée chez Henri Genès ; charme, aisance, spontanéité et fraîcheur de la voix chez Marina Florence : Nous leur devons d’heureux instants. » 

NICE MATIN

La route fleurie

« … une fantaisiste d’excellente veine et dont le talent s’est extériorisé avec bonheur, Marina Florence, riche en expressions et mimiques de toutes nuances suit toujours l’action avec une sûreté jamais prise en défaut. »

VAR MATIN REPUBLIQUE

Phi-Phi

« Marina Florence jouait, ou plutôt se jouait du rôle d’aspasia avec un charme fou, fou, fou… »

MIDI LIBRE

«  Quant à Aspasie, la « gamine charmante » autour de qui tourne la pièce, elle eut l’apparence (très appréciée du public) de Marina Florence. Habituée de notre théâtre, elle montra une nouvelle facette de son talent et lorsque tomba sa tunique, elle fut très applaudie. » 

VAR MATIN REPUBLIQUE

Rose de Noël

« A ses côtés, je placerais volontiers la fraîcheur, l’abattage, l’engagement physique, la pétillante animation de la fantaisiste Marina Florence. Cette belle artiste honore l’art de la comédie avec un bonheur rare. Elle sait aussi choisir les rôles qui lui conviennent bien ( attitude très importante dans le métier). Marina Florence plait au public et de chacun de ses rôles se dégage un parfum de bonheur et de bonne humeur, jamais vulgaire, déchargeant le maximum d’intention poétique. »

VAR MATIN REPUBLIQUE

La Perichole

« … ainsi que par un quatuor de « personnages » excellent : les trois cousines biens typées (Marina Florence, Monique Barscha et Cécile Galloi) et un vice-roi étonnât de facilité… »

EST REPUBLICAIN

«  Piquillo (Léonard Pezzino), les trois cousines (Marina Florence, Monique Barscha et Cécile Galloi) font que la distribution de cette Perichole est sans doute la meilleure que nous ayons pu entendre cette année. » 

REPUBLICAIN LORRAIN

La belle de Cadix

« … Marina Florence est tout aussi dynamique dans le rôle de Papa, et en plus fraîche, impétueuse et bien chantante. La salle croule sous les décibels d’applaudissements lorsque les deux artistes se produisent en duo. »

DERNIERES NOUVELLES D’ALSACE

« Nous avons retrouvé avec plaisir la sémillante Marina Florence, mignonne à croquer, généreuse dans sa prestation, souveraine dans son art de la fantaisie. »

 LA MONTAGNE

« La Pépa de Marina Florence démarre en trombe et finit en feu d’artifice, elle a la beauté du diable, le regard rieur, la vois agréable et un dynamisme de tous les instants. Elle forme avec l’incroyable Manillon de Jacques Filh, un couple trépidant qui amuse et fait rire jusqu’aux larmes… »

« … et l’on n’oubliera pas de sitôt la scène où Pépa (Marina Florence) cherche à « vamper » Dany Clair (Gérard Camp). »

VAR MATIN REPUBLIQUE

Le Chanteur de Mexico

« Marina Florence par exemple a fait une grosse impression sur le public par sa verve, sa fraicheur, son entrain et aussi ses qualités de chanteuses. »

VAR MATIN REPUBLIQUE

« C’est Marina Florence qui jouera Cricri, un rôle de fantaisiste débridée à sa mesure, espiègle, enjouée, amoureuse. »

 VAR MATIN REPUBLIQUE

« Coup de chapeau à Cricri, Marina Florence, qui détaillait «  sur un plateau » un « ça me fait quelqu’chose » dont on ne se lasse pas de goûter l’émotion contenue. »      

MIDI LIBRE

SITE EN COURS DE CONSTRUCTION